SSE #133 Considérations pratiques et soccer élite

James Collins and Ian Rollo

 

POINTS PRINCIPAUX 

  • Chez les joueurs de soccer, le régime alimentaire doit d’abord répondre aux besoins énergétiques associés à un entraînement quotidien. L’apport en glucides doit être privilégié afin que les joueurs disposent du degré d’énergie nécessaire pour effectuer un entraînement intensif et offrir de bonnes performances pendant les parties. Les stratégies de récupération reposant sur la consommation de protéines permettent aux muscles des joueurs de s’adapter aux stimulus d’entraînement.

  • En général, les jours de partie sont souvent ceux qui représentent le plus grand défi. Pendant l’entraînement, les joueurs doivent mettre leurs stratégies en pratique avant de les utiliser en compétition. Comme le calendrier des parties est chargé, la récupération après chaque partie est essentielle, et il faut faire preuve d’une certaine innovation pour répondre aux objectifs nutritionnels pendant les déplacements.

  • Le physique d’un joueur de soccer peut avoir une incidence sur sa performance. Maintenir la masse grasse et la masse musculaire dans les valeurs optimales permet de préserver un bon rapport puissance:masse, ce qui augmente l’efficacité des mouvements pendant l’entraînement et les parties.

  • L’usage approprié des produits de nutrition sportive afin de répondre aux besoins en énergie et en récupération doit être régi par une politique rigoureuse en matière de nutrition sportive.

  • La formation continue fait partie intégrante d’un service de nutrition sportive, dans le cadre duquel il faut travailler avec chacun des joueurs, avec les entraîneurs et les autres intervenants formateurs pour instaurer au sein de l’équipe une culture en matière de nutrition.

INTRODUCTION

La nutrition joue un rôle primordial pour préserver la santé des joueurs et améliorer leur performance. Au niveau élite, les meilleurs professionnels peuvent disputer jusqu’à 50 parties par saison, ce qui exige de la part de certains d’entre eux un grand nombre de déplacements (Ligue des champions ou équipe nationale). En général, les joueurs d’élite disputent une ou deux parties par semaine. Aussi, les périodes d’entraînement sont soigneusement planifiées de façon à canaliser la dépense énergétique et à maintenir une bonne condition physique, tout en empêchant l’accumulation de fatigue, qui est associée à un risque plus élevé de maladies ou de blessures (Dupont et coll., 2010; Carling et coll., 2012).

Le soccer est un sport dont le degré d’intensité varie, les joueurs d’élite effectuant des mouvements de faible intensité pendant 70 % de la partie, entrecoupés d’environ 150 à 250 mouvements intenses (Rampinini et coll., 2007). Pendant une partie, les joueurs d’élite peuvent franchir une grande distance, mais courent rarement plus de 13 km (Mohr et coll., 2003). Les métabolismes tant anaérobie qu’aérobie sont tous beaucoup sollicités, le coût énergétique global atteignant environ 2 000 kcal pendant une partie, tout dépendant de la composition corporelle du joueur et de la distance parcourue (Bangsbo, 2014; Bangsbo et coll., 2006). Il est intéressant de noter qu’au cours des cinq dernières saisons de la Ligue des champions, une augmentation de la distance parcourue à haute intensité a été observée chez les joueurs d’élite. De plus, les parties de la Ligue des champions, qui s’ajoutent à celles de saison régulière, ont été associées à une augmentation du nombre de blessures musculaires (Bengtsson et coll., 2014).

Compte tenu des besoins énergétiques particuliers qu’exige le soccer, les réserves de glucides (glycogène hépatique et musculaire) sont les plus importantes dans la production d’énergie. Un apport en glucides adéquat avant, pendant et après une activité physique permet aux joueurs d’avoir l’énergie nécessaire pour s’entraîner et jouer une partie. De plus, des stratégies de récupération cohérentes accélèrent la récupération des muscles dans les heures qui suivent l’activité physique et, à plus long terme, elles permettent aux muscles de s’adapter aux stimulus d’entraînement. La consommation d’aliments et de liquides au moment opportun peut améliorer la robustesse des joueurs tout en diminuant le risque de maladies et de blessures. Pendant les périodes où le calendrier des parties est chargé, il est possible que les constantes physiologiques, comme le glycogène musculaire, la fonction du réticulum sarcoplasmique et la contraction maximale volontaire, ne se rétablissement pas complètement chez les joueurs qui ont peu de temps pour récupérer (Krustrup et coll., 2011), ce qui, en bout de ligne, diminue la capacité des joueurs à courir sur de courtes distances, à sauter et à effectuer des exercices intenses et répétés (niveau 2 du test de récupération YoYo après efforts intermittents ou Yoyo Intermittent Recovery Test) (Rollo et coll., 2014a). À la mi-saison, la fatigue consécutive aux parties disputées à domicile et à l’échelle internationale ainsi qu’aux déplacements peut réduire le temps de récupération et le niveau de préparation des joueurs. Voilà pourquoi les stratégies nutritionnelles doivent être conjuguées à d’autres techniques de récupération pour jouer un rôle crucial dans la récupération musculaire tout en tenant compte des exigences de l’entraînement et de la compétition. Aussi, le nutritionniste ou le diététiste du sport assume diverses fonctions auprès des joueurs de soccer professionnels. Connaître d’importants principes scientifiques aide à offrir un soutien nutritionnel aux équipes sportives. Toutefois, il est de la plus haute importance que le nutritionniste comprenne l’univers culturel du soccer pour être en mesure de susciter des changements de comportements et influer sur la performance.

Pour l’essentiel, le nutritionniste établit la philosophie générale de l’équipe en matière de nutrition afin de soutenir l’entraînement et la performance des joueurs. Du point de vue d’une équipe, une stratégie en matière de nutrition doit englober la préparation et la récupération avant et après les parties et les séances d’entraînement, l’hydratation, la composition corporelle, les déplacements, les services alimentaires et la supplémentation. Sur le plan individuel, le nutritionniste du sport consulte également les joueurs et adapte leur régime alimentaire à leurs besoins pour préserver leur santé et optimiser leur performance. D’abord, le nutritionniste doit informer les joueurs et développer leurs compétences en nutrition afin qu’ils comprennent les principes scientifiques sur lesquels reposent les stratégies nutritionnelles (p. ex., heure des repas, type d’aliments et portions). Pour leur offrir un soutien continu, il est essentiel d’assurer un suivi rigoureux des paramètres nutritionnels. En effet, tout problème qui persiste en ce qui concerne le contenu en nutriments, la récupération, la composition corporelle ou l’hydratation peut nuire à la capacité du joueur de s’adapter à l’entraînement ou à sa performance pendant les parties. À cette fin, l’article suivant vise à expliquer, du point de vue des spécialistes du sport professionnel, comment la nutrition sportive peut améliorer la performance des joueurs de soccer.

DÉFIS

Au niveau élite, les équipes de soccer sont souvent composées de joueurs provenant de différents pays. Ces joueurs ont leurs propres préférences et leurs propres croyances culturelles en matière d’alimentation, et il faut en tenir compte dans la planification des services alimentaires et des repas servis aux membres de l’équipe. Aussi, il peut être nécessaire d’employer des moyens novateurs afin que les joueurs atteignent leurs objectifs nutritionnels, tout en préservant leur santé et en améliorant leur performance. Le ramadan, par exemple, est une période pendant laquelle le régime alimentaire des joueurs musulmans pendant l’entraînement doit être modifié. En effet, pendant tout le mois du ramadan, les joueurs évitent de manger et de boire pendant les heures du jour (Drust et coll., 2012). Aussi est-il essentiel que les repas des autres heures de la journée leur fournissent l’apport en nutriments dont ils ont besoin.

Sur un plan plus stratégique, l’alimentation de joueurs ne peut avoir d’effet sur la performance que si elle est intégrée à l’approche multidisciplinaire d’une équipe de soutien. Cette équipe regroupe des entraîneurs, des préparateurs physiques, des médecins, des physiologistes, des physiothérapeutes, des masseurs et des psychologues. Il est primordial que le personnel connaisse les politiques et les stratégies nutritionnelles de l’équipe pour pouvoir renforcer les principaux messages et intégrer les stratégies nutritionnelles à leur pratique quotidienne. Par exemple, un physiothérapeute doit savoir quand apporter un soutien nutritionnel en cas de blessure à long terme, notamment pendant les différentes phases d’une réadaptation.

RÉGIME ALIMENTAIRE ET ENTRAÎNEMENT

Pour un joueur de soccer de niveau élite, la nutrition joue un rôle fondamental, car elle fournit l’énergie nécessaire pour relever les défis associés aux exercices intermittents de haute intensité. Au niveau élite, l’augmentation des efforts physiques de haute intensité que doivent déployer les joueurs fait en sorte que les exigences athlétiques sont plus élevées que jamais auparavant (Mohr et coll., 2005). En tenant également compte du nombre total de parties disputées pendant une saison, l’alimentation de récupération revêt donc une importance de premier ordre. Le régime alimentaire pendant l’entraînement est constitué de plusieurs éléments clés visant à préserver la santé des joueurs et à améliorer leur performance. En premier lieu, il faut s’assurer que l’apport énergétique suffit pour combler la dépense énergétique quotidienne liée à l’entraînement et aux parties (Clarke et coll., 2005). Chez un joueur de soccer d’élite, la dépense énergétique quotidienne varie selon le moment de la saison, les jours d’entraînement (séance unique ou double) et le nombre de parties par semaine. La dépense énergétique varie également, dans une vaste mesure, en fonction du type d’entraînement (p. ex., journée exigeante avec entraînement sur le terrain et exercices contre résistance comparativement à une séance de récupération à l’intérieur) (Bangsbo, 1994). Tel qu’indiqué ci-dessous, les joueurs doivent équilibrer leur apport énergétique total (calories) de façon à maintenir un bilan énergétique positif tout en atteignant les principaux objectifs en matière de macronutriments.

Pendant l’entraînement, les glucides sont la pierre angulaire du régime alimentaire d’un joueur, et l’apport en glucides doit être suffisant pour assurer une réserve de glycogène musculaire adéquate en vue des entraînements. Les praticiens adaptent souvent l’apport en glucides en fonction des besoins générés par l’entraînement et les parties. Les stratégies nutritionnelles doivent tenir compte du volume d'entraînement et correspondre aux besoins des joueurs en fonction des coûts métaboliques qui leur sont associés. Il est intéressant de noter que l’apport en glucides recommandé par les lignes directrices pendant les jours d’entraînement intensif est de 7 à 10 g de glucides par kilogramme de masse corporelle (Rollo, 2014b; Williams et Serratosa, 2006). Dans la pratique, l’apport en glucides observé chez les joueurs professionnels se situe souvent à la limite inférieure de cet intervalle. L’heure à laquelle les glucides sont consommés est particulièrement importante pour fournir aux joueurs l’énergie nécessaire à l’entraînement. Pour rétablir le taux de glycogène hépatique et musculaire avant et après l’entraînement, l’apport en glucides doit idéalement avoir lieu au déjeuner et pendant période de récupération (collations et dîner) (Ivy et coll., 1988; Burke et coll., 1996). Le menu du souper sera établi en fonction des activités prévues les jours suivants. Pendant une journée d’entraînement type, la teneur en glucides du souper est généralement réduite, ce qui peut avoir d’importantes répercussions sur le poids corporel, en particulier lorsque le volume d'entraînement ou l’intensité de l’entraînement est faible. Après l’entraînement, il est préférable de choisir des glucides à indice glycémique élevé, car les muscles sont alors prêts à absorber le glucose et à l’entreposer sous forme de glycogène (Burke et coll., 1993). Les liquides et les collations légères sont généralement consommés à ce moment, souvent avec une source de protéine de haute qualité.

Comme dans le cas de tout autre sport, la consommation de protéines est devenue au cours des dernières années une composante de plus en plus importante du régime alimentaire des joueurs de soccer. De plus, les exigences de l’entraînement sont variées et vont des exercices d’endurance aux exercices pour acquérir force et puissance. Au niveau élite, l’emphase est mise sur le développement de la force et de la puissance. Les recherches effectuées dans ce domaine soulignent également l’importance d’un apport en protéines pour que le bilan des protéines musculaires demeure positif (McGlory et coll., 2013). Il est facile d’obtenir un apport adéquat en protéines en ajoutant des protéines aux repas et collations de la journée (viande maigre, œufs, poisson, etc.) et fournir au joueur environ 1,6 g de protéines par kilogramme de masse corporelle par jour.

Il est important de se rappeler que l’apport en protéines doit être établi en fonction du stimulus d'entraînement. Par exemple, il est recommandé de boire ou de prendre une collation favorisant la récupération après un exercice intensif, prolongé ou contre résistance. Un apport en protéines est également recommandé tout de suite après un entraînement pour obtenir les acides aminés nécessaires à la croissance et à la réparation. La leucine, un acide aminé, semble particulièrement importante, car elle déclenche la synthèse des protéines musculaires et l’adaptation des muscles (Koopman et coll., 2005). À l’heure actuelle, les recherches donnent à penser qu’un repas ou une boisson favorisant la récupération doit contenir 20 à 25 g de protéines (Moore et coll., 2009). Pendant les entraînements sur le terrain, les joueurs obtiennent souvent l’apport en protéines nécessaire à la récupération en buvant des boissons contenant à la fois des glucides et des protéines, qui leur permettent de combler du même coup leurs besoins en glucides (Res, 2014). D’un point de vue pratique, un apport en glucides et en protéines tout de suite après un entraînement est une stratégie facile à adopter pour les joueurs de tous les niveaux. À cette fin, les boissons à base de lait, les frappés aux fruits, des céréales avec yogourt ou lait faible en gras et les sandwiches de viande maigre sont de bonnes sources de glucides et de protéines. Enfin, les joueurs peuvent aussi tirer profit de sources de protéines de haute qualité avant d’aller au lit pour favoriser un bilan protéique net positif pendant la nuit (Res et coll., 2012).

Les graisses alimentaires sont souvent négligées, mais elles jouent également un rôle important dans le régime alimentaire des joueurs. Les lipides sont un élément important des membranes cellulaires (y compris dans le cerveau) et sont essentiels pour absorber les vitamines A, D, E et K solubles dans les lipides. Toutefois, le moment de leur consommation n’est pas considéré aussi critique pour la performance des joueurs de soccer. De plus, rien n’indique que consommer des lipides avant un exercice physique puisse avoir un effet quelconque sur la performance. Néanmoins, les joueurs savent que la consommation de gras monoinsaturés et polyinsaturés procure des bienfaits sur le plan de la santé, et qu’il faut réduire la consommation de gras saturés et de gras trans (Jouris et coll., 2011). Les stratégies permettant d’obtenir le bon équilibre de graisses alimentaires comprennent la consommation de poissons gras trois fois par semaine, la préparation des repas à l’aide d’huile végétale et la consommation de viandes maigres et de produits laitiers faibles en gras.

COMPOSITION CORPORELLE

La composition corporelle des joueurs de soccer est surtout constituée de la masse grasse et de la masse musculaire, des paramètres qui doivent faire l’objet d’un suivi. Le maintien d’une masse grasse dans la plage des valeurs optimales permet de préserver un bon rapport puissance:masse, ce qui accroît l’efficacité des mouvements pendant l’entraînement et les parties. Les recherches ont montré que, chez les joueurs d’élite, le pourcentage normal de masse grasse varie entre 7 % et 19 % (Wittich et coll., 2001; Reilly et coll., 2009). Toutefois, des mesures effectuées à l’aide d’une technique d'absorptiométrie à rayons X en double énergie (DEXA) donnent à penser que certains joueurs professionnels peuvent présenter un pourcentage de masse grasse aussi faible que 6 %. Il a également été clairement montré que la composition corporelle varie en fonction de la position du joueur, les gardiens de but conservant une masse grasse plus élevée. D’après les recherches, la masse grasse des joueurs qui ne sont pas de race blanche est également beaucoup moins élevée (Sutton et coll., 2009). Il est utile que les praticiens et les entraîneurs établissent quelles sont les parties du corps où le pourcentage de masse grasse doit être le plus élevé afin que la condition physique des joueurs reste optimale. Cependant, le nutritionniste du sport doit veiller à ce que les objectifs soient personnalisés, car la masse grasse qu’il est possible d’atteindre sans nuire au niveau d’énergie nécessaire à la croissance et à la réparation peut beaucoup varier. Les différences dans la constitution génétique des joueurs peuvent faire en sorte que certains joueurs soient en mesure de maintenir une masse grasse peu élevée sans que le risque de maladies ou de blessures augmente. En ce qui concerne les autres constantes, des modifications du régime alimentaire et de l’entraînement sont nécessaires pour maintenir une condition physique optimale. Il est à noter que l’évaluation de la masse musculaire est en voie de devenir un important marqueur pour les nutritionnistes du sport. En effet, des objectifs d’entraînement inappropriés peuvent mener à des modifications physiques indésirables, notamment une augmentation de la masse musculaire du haut du corps, ce qui pourrait ne procurer aucun bienfait en matière de performance fonctionnelle. Chez les joueurs d’élite, la composition corporelle est évaluée à intervalles réguliers pendant la saison. Selon les tendances saisonnières, il y a augmentation de la masse grasse pendant la saison morte, qui diminue ensuite avant la saison, quand le volume d'entraînement est à son plus élevé (Carling et Orhant, 2010). Chez certains joueurs, la masse (musculaire) maigre est également réduite pendant les périodes d’entraînement intense.

Les méthodes d’évaluation de la masse corporelle varient dans une vaste mesure selon les équipes et les ressources à leur disposition. Des protocoles de normalisation cohérents ainsi qu’une formation adéquate (p. ex., accréditation ISAK en kinanthropométrie) sont essentiels pour évaluer avec exactitude la composition corporelle ainsi que tout changement significatif. Un énoncé de position publié en 2012, sous la gouverne de la Commission médicale du CIO, peut être utilisé par les praticiens du soccer à titre de guide pratique (Ackland et coll., 2012). L’anthropométrie est une méthode d’évaluation fiable que les praticiens peuvent utiliser pour mesurer l’épaisseur du pli cutané et la circonférence des muscles. Il existe des plages de référence pour un certain nombre de sports. Mais il est nécessaire de bien informer les joueurs et les entraîneurs quand les résultats sont présentés sous la forme de la somme des huit plis cutanés plutôt qu’en pourcentage de masse grasse, la valeur souvent privilégiée. L’absorptiométrie à rayons X en double énergie (DEXA) est dorénavant fréquemment utilisée en sports d’élite. La DEXA permet d’évaluer de façon précise la masse grasse, la densité minérale osseuse et la masse maigre. La popularité de cette technique est probablement attribuable à la rapidité et à la facilité de son exécution, sans compter qu’elle permet de fournir aux joueurs des données précises et pertinentes. Il reste que la DEXA a aussi des limites. Pour l’évaluation de la masse grasse et de la masse musculaire, la marge d’erreur de la DEXA est d’environ 1 kg. Par conséquent, les petites variations qui présentent un intérêt pour le praticien et le joueur lors des évaluations de routine sont difficiles à détecter (Clarys et coll., 2010; Nana et coll., 2014). Aussi, même si les procédures de normalisation sont respectées à la lettre, des erreurs peuvent subsister, peu importe la technique utilisée. C’est la raison pour laquelle les résultats relatifs à la composition corporelle doivent être interprétés avec prudence.

En sports d’élite, l’évaluation de la composition corporelle optimale des joueurs est effectuée en collaboration par les préparateurs physiques, les joueurs et les nutritionnistes du sport. Des données objectives sur l’entraînement fonctionnel peuvent aider à établir la composition corporelle optimale de chaque joueur. La composition corporelle a également une incidence sur les sentiments subjectifs ressentis par les joueurs, qui peuvent également avoir des répercussions sur leur degré de performance en général. Le praticien doit mettre en place un cadre de surveillance précis, pendant la saison, avant d’établir la fréquence des évaluations. Une évaluation de tous les joueurs de l’équipe (souvent qualifiée d’analyse) doit être effectuée à intervalles réguliers, à des moments stratégiques de la saison. En général, il y a quatre grandes évaluations : au début de la pré-saison, à la fin de la pré-saison, à la mi-saison (déc./janv.), au moment où le calendrier des parties est très chargé et à la fin de la saison. Les données de cette évaluation peuvent être utiles pour illustrer les grandes tendances dans la composition corporelle des joueurs (p. ex., réductions de la masse grasse pendant la pré-saison), un renseignement qui peut s’avérer important pour les entraîneurs. Ces évaluations permettent également de cibler les athlètes dont les valeurs se situent à l’extérieur de la plage des valeurs acceptables (masse grasse ou masse musculaire trop élevée ou trop faible) et pour lesquels il est nécessaire d’apporter des modifications au régime alimentaire et de faire des évaluations plus fréquentes. Dans le milieu, mesurer régulièrement le poids corporel des joueurs est un élément dont l’importance ne doit pas être sous-estimée (à effectuer dans des conditions contrôlées, notamment avec un minimum de vêtements, avant l’entraînement et dans un état d’euhydratation), car il s’agit d’une méthode d’évaluation non invasive de « première ligne ». Souvent, un pic de variation de la masse corporelle évoque un problème sous-jacent. Par exemple, une réduction de la masse corporelle peut également coïncider avec une réduction de la performance lors de l’entraînement et avec d’autres signes de fatigue. Il est intéressant de noter que l’évaluation du poids corporel par l’entraîneur, ou en sa présence (en collaboration avec le nutritionniste du sport), peut également souligner l’importance de la préparation physique auprès des joueurs. En résumé, les données sur la composition corporelle peuvent être un outil très utile pour l’équipe des sciences du sport. Il est important d’émettre des commentaires à chaque joueur tout en tenant compte du développement et de l’évolution du poids de chacun. En effet, cette façon de procéder peut s’avérer utile pour adapter le régime alimentaire pendant l’entraînement en fonction du volume d'entraînement global. Une représentation visuelle des données est également recommandée pour aider à renseigner les entraîneurs. Enfin, les praticiens doivent connaître les problèmes liés à l’image corporelle dans le monde du soccer et établir comment transmettre des renseignements sensibles aux entraîneurs et aux joueurs.

NUTRITION SPORTIVE

Les produits de nutrition sportive sont toujours un sujet d’actualité, car les équipes et les joueurs comptent sur la nutrition pour améliorer leur performance. Auparavant, les boissons pour sportifs étaient les principaux produits offerts sur le marché, et ils étaient souvent utilisés pour répondre aux besoins en glucides, en liquides et en électrolytes pendant les parties et les entraînements. Plus récemment, les gelées pour sportifs, utilisées pour maximiser la glycémie avant une partie ou à la mi-temps, ont gagné en popularité en raison de leur aspect pratique. Les repas liquides offerts sous forme de boissons de récupération sont un nouveau moyen tout aussi pratique d’atteindre les objectifs en matière de réhydratation et de remplacement des glucides et des protéines après un entraînement. Les aides ergogéniques sur lesquels portent une quantité suffisante de données revue par des pairs peuvent également être utiles (p. ex., caféine, créatine monohydratée), mais elles doivent être prescrites sur une base individuelle (Morton, 2014; Balsom et coll., 1995; Burke, 2008).

SUPPLÉMENTATION

Une supplémentation en micronutriments peut constituer une stratégie importante en cas de carence connue (en fer ou en vitamine D, par exemple) ou de besoin physiologique particulier (réhabilitation après une blessure ou un déplacement de longue distance, par exemple). Au sein des équipes d’élite, l’usage de suppléments devrait toujours être régi par une politique nutritionnelle stricte en vue des objectifs suivants :

  • Évaluer les bienfaits potentiels des suppléments pour la santé ou la performance d’un joueur;

  • Effectuer une analyse de l’assurance de la qualité des entreprises et des produits de nutrition sportive pour réduire les risques de dopage par inadvertance;

  • Élaborer des protocoles d’utilisation des produits pour améliorer la performance, accroître la récupération et préserver la santé.

Le dopage par inadvertance représente un risque très réel dans le monde du sport, un récent sondage ayant montré que 10 % des 114 produits évalués contenaient des substances interdites (Russell et coll., 2013). Comme les équipes d’élite sont constituées de joueurs provenant de plusieurs pays, les influences et les croyances au sujet de la supplémentation sont diverses. De plus, chez les joueurs provenant de différentes régions du monde, le risque de dopage par inadvertance est plus élevé (Guddat et coll., 2012). La mise en place d’une politique rigoureuse et progressive peut permettre aux joueurs de s’assurer que les suppléments qui leur sont recommandés peuvent préserver leur santé et améliorer leur performance sans danger. Plus important encore, les praticiens doivent veiller à ce que les joueurs comprennent pourquoi ils ont parfois besoin de suppléments et pourquoi il faut faire des évaluations à intervalles réguliers.

PRÉPARATION LES JOURS DE PARTIE

Les mesures visant à accroître la réserve de glycogène musculaire et hépatique doivent être prises 24 à 48 h avant le début de la partie. Il est également essentiel de bien suivre ces mesures le jour d’une partie. En général, pour optimiser les réserves d’énergie, il est recommandé aux joueurs d’élite de consommer 1 à 4 g de glucides par kilogramme de masse corporelle dans les 6 h qui précèdent le début de la partie (Williams et Serratosa, 2006). Au cours des dernières années, l’heure des parties a été modifiée pour des raisons de commercialisation sportive de plus en plus importantes. Par exemple, de plus en plus d’événements ont dorénavant lieu le midi ou le soir, ce qui exige une bonne planification des repas afin de s’assurer qu’ils sont servis au moment approprié. Avant une partie, les joueurs doivent se sentir bien. Par conséquent, ils doivent consommer des aliments qu’ils ont l’habitude de manger afin d’éviter tout problème gastro-intestinal. Les jours de partie, les joueurs doivent planifier leurs repas en fonction de l’heure à laquelle la partie doit commencer. Par exemple, si la partie doit commencer à 15 h, ils doivent déjeuner et dîner avant de jouer. Si la partie doit commencer à l’heure du midi (à 12 h 45, par exemple), le déjeuner est le seul repas à prendre avant de jouer. Par conséquent, dans le cadre de l’entraînement, il est important de travailler en collaboration avec chacun des joueurs pour favoriser leur confiance en ce qui concerne les stratégies à adopter les jours de partie.

L’hydratation est un autre élément à prendre en considération en se préparant à une partie. Tout comme l’apport en glucides, les joueurs d’élite doivent commencer à s’hydrater le jour précédant la partie afin de compenser d’abord les pertes de liquides lors de la dernière séance d’entraînement, mais aussi pour être bien hydratés le jour de la partie. Voilà pourquoi l’évaluation du taux d'hydratation au moyen de l’osmolalité urinaire et la masse corporelle est utile pour orienter les stratégies d’hydratation des joueurs. Pour assurer une bonne hydratation, il est primordial d’accorder une importance particulière aux parties qui ont lieu par temps chaud, comme les grands tournois ou au début de la saison (Laitano et coll., 2014). La stratégie de base pour l’hydratation des joueurs consiste à boire 5 à 7 ml de liquide par kilogramme de masse corporelle 2 à 3 heures avant l’entraînement pour que toute quantité excessive de liquide soit éliminée dans l’urine avant le début de la partie. Il est également recommandé de boire à la fin de la période d’échauffement (15 minutes avant le début de la partie) une autre petite quantité de liquide pour compenser les pertes d’eau par sudation. Pendant une partie, les réserves de glycogène musculaire diminuent et l’organisme subit des pertes d’eau par sudation. Par conséquent, la pause de 15 minutes de la mi-temps peut s’avérer essentielle pour compenser ces pertes. Les boissons pour sportifs constituent un moyen pratique tant pour s’hydrater que pour obtenir un apport en glucides. À la mi-temps, les joueurs doivent faire attention et s’assurer de prendre de petites collations à indice glycémique élevé pour éviter tout trouble gastro-intestinal. Pendant la partie, les joueurs ont rarement l’occasion de refaire le plein d’énergie et de se réhydrater. En raison d’un certain nombre de facteurs, y compris les droits de commandite, il est important de prévoir quels produits à base de glucides seront utilisés.

Après une partie, les joueurs doivent non seulement absorber les nutriments nécessaires à la récupération (glucides et protéines), mais il leur faut également boire 1,2 à 1,5 L de liquide pour chaque kilogramme perdu pendant la partie ou l’entraînement (Shirreffs et coll., 1996). Pendant la première phase de la récupération, tout de suite après la partie, les boissons de récupération sont souvent privilégiées. En pratique, il s’agit également du moment où d’autres interventions peuvent être envisagées pour accélérer la récupération. Par exemple, il est sans doute prudent de consommer des aliments et des produits antioxydants pendant les périodes où le calendrier des parties est chargé ou quand les possibilités de récupération sont limitées (Howatson et coll., 2010; Howatson et coll., 2012).

Une bonne solution consiste à mettre en place des postes de récupération, qui proposent des aliments favorisant la récupération, car les joueurs reviendront à la maison en voiture en cas de partie à domicile ou en autobus en cas de partie à l’extérieur. Encore une fois, le moment idéal doit être établi en collaboration avec l’entraîneur. Offrir aux joueurs un buffet offrant des choix d’aliments contenant des glucides et des protéines est une autre stratégie souvent adoptée. Cette façon de faire offre par ailleurs l’occasion d’innover en matière d’alimentation, en introduisant un élément de récompense après la partie, par exemple, en proposant des variations santé des aliments populaires ou en optant pour des thèmes internationaux afin de favoriser l’engagement des joueurs.

Il faut néanmoins rester prudent dans ce cas et éviter de transmettre un mauvais message en s’éloignant de la philosophie nutritionnelle globale et en tolérant des aliments d’une qualité inférieure à la norme.

Les parties disputées à l’échelle internationale constituent le plus grand défi à relever en matière de récupération. Par exemple, pour une équipe évoluant au sein de la Premier League anglaise et de la Ligue des champions, il n’est pas inhabituel en Europe qu’une partie commence un mercredi à 19 h 45 et que la suivante ait lieu le samedi à 12 h 45. Les joueurs d’une équipe nationale doivent aussi voyager pour se rendre aux compétitions internationales et être prêts à jouer à leur retour dans la ligue de leur pays. C’est dans de telles circonstances que les stratégies nutritionnelles relatives aux déplacements et au sommeil deviennent particulièrement importantes. Les déplacements et les parties qui ont lieu à une heure tardive peuvent être associés à un manque de sommeil et, par conséquent, à une altération de la fonction cognitive et de la capacité décisionnelle des joueurs. Ces différents aspects ont manifestement une incidence sur la performance des joueurs; il faut donc que les praticiens et les entraîneurs en tiennent compte. Aussi, l’horaire des repas pendant les déplacements doit être établi de façon à favoriser l’adoption d’une saine structure du sommeil par les joueurs (Juliff et coll., 2014).

FORMATION

Pour la plupart des grandes équipes de soccer, la formation continue fait partie intégrante du service de nutrition sportive. À cet égard, la création d’une culture axée sur une bonne nutrition est essentielle. Mis à part les rencontres avec le nutritionniste du sport, d’autres ressources, comme des affiches apposées dans les vestiaires, le gymnase et le restaurant, sont nécessaires sur le site d’entraînement pour le rappeler aux joueurs et aux entraîneurs. Cet environnement doit également être adapté pour inciter les joueurs à prendre de meilleures décisions en matière d’alimentation – ce qui inclut le menu du restaurant et l’offre de produits de nutrition sportive de marque.

Les interventions auprès des joueurs doivent être envisagées avec soin, en prenant soin d’évaluer quelle est la meilleure façon d’interagir avec eux et de les conseiller. Des contacts réguliers avec les joueurs permettent de limiter le nombre d’interventions et de mettre en place les mesures nécessaires en quelques semaines afin de modifier et de renforcer les comportements. Dans le cadre d’un programme d’entraînement continu, un praticien est parfois appelé à motiver et à stimuler le moral les joueurs.

Il est essentiel que le nutritionniste du sport fasse partie d’une équipe multidisciplinaire pour que ses interventions aient des effets chez les joueurs d’élite. La collaboration entre le nutritionniste du sport et les différents praticiens de l’équipe est en effet un autre moyen permettant de renforcer une stratégie ou une intervention. Par exemple, un préparateur physique, un physiothérapeute ou un coach de performance peuvent coordonner ensemble le programme global d’un joueur pour que les principes en matière de nutrition soient bien inculqués (et renforcés) par chacun d’eux (Medina et coll., 2014). Comprendre les convictions et la philosophie associées à l’entraînement est primordial au sein d’une équipe. Par conséquent, le plan de travail d’un praticien doit être élaboré en collaboration avec l’entraîneur. Il leur est alors possible d’établir ensemble des principes permettant d’améliorer la performance de chaque joueur et de l’équipe. Par exemple, il est très important, pour les entraîneurs d’une équipe élite, de travailler de façon individuelle avec les joueurs pour perfectionner les stratégies utilisées les jours de partie et les entraîneurs voudront que les praticiens soient présents dans le vestiaire pour présenter ces stratégies et les aider à les parfaire.

La plupart des équipes professionnelles disposent d’une académie ou d’un groupe de développement de la relève. Récemment, beaucoup d’efforts ont été déployés pour normaliser le processus de perfectionnement des joueurs. La nutrition est au cœur même de tous ces efforts, car elle joue un rôle de plus en plus important dans la croissance, le développement et la performance des jeunes athlètes (Jeukendrup et Cronin, 2011; Baker et coll., 2013; Purcell et coll., 2013). Enfin, le perfectionnement des jeunes joueurs est souvent assuré dans le cadre d’ateliers. Un programme d’ateliers peut être élaboré et porter sur les principes nutritionnels de base ainsi que sur la façon dont les joueurs peuvent structurer leur régime alimentaire pendant l’entraînement de façon à consommer des aliments qui peuvent améliorer leur performance pendant l’entraînement et les parties. Mais comme peu de joueurs d’élite sont issus de l’académie de leur club, la nutrition est maintenant reconnue comme un facteur clé du développement des joueurs d’élite.

RÉSUMÉ

Au soccer, la nutrition est importante pour s’assurer que le degré d’énergie des joueurs leur permet de s’entraîner et de jouer des parties. Le travail effectué auprès de chacun des joueurs aide à raffiner et à développer leur confiance en ce qui concerne les stratégies à adopter les jours de partie. Des stratégies de récupération cohérentes permettent aux muscles des joueurs de s’adapter aux stimulus d’entraînement. Pendant la saison, la composition corporelle des joueurs doit être évaluée à intervalles réguliers à l’aide de techniques appropriées et en respectant les procédures de normalisation. Une politique rigoureuse et progressive en matière de nutrition sportive vient confirmer aux joueurs et à leurs entraîneurs que les recommandations à ce sujet permettent de préserver leur santé et d’assurer leur performance sans danger. Enfin, le nutritionniste du sport doit travailler en étroite collaboration avec d’autres scientifiques et médecins pour maximiser les effets de la nutrition chez les joueurs de soccer professionnel.

RÉFÉRENCES

Ackland, T. R., T. G. Lohman, J. Sundgot-Borgen, R. J. Maughan, N. L. Meyer, A. D. Stewart and W. Muller (2012). Current statuts of body composition assessment in sport: review and position statement on behalf of the ad hoc research working group on body composition health and performance, under the auspices of the I.O.C. Medical Commission. Sports Med 42(3): 227-249.

Baker, L. B., L. E. Heaton, R. P. Nuccio and K. W. Stein (2013). Dietitian-Observed Macronutrient Intakes of Young Skill and Team-Sport Athletes: Adequacy of Pre, During, and Post-Exercise Nutrition. Int J Sport Nutr Exerc Metab.

Balsom, P. D., K. Soderlund, B. Sjodin and B. Ekblom (1995). Skeletal muscle metabolism during short duration high-intensity exercise: influence of creatine supplementation. Acta Physiol Scand 154(3): 303-310.

Bangsbo, J. (1994). Energy demands in competitive soccer. J Sports Sci 12 Spec No: S5-12.

Bangsbo, J., M. Mohr and P. Krustrup (2006). Physical and metabolic demands of training and match-play in the elite football player. J Sports Sci 24(7): 665-674.

Bangsbo. J. Physiological Demands of Football. (2014) Sports Science Exchange Article #125.www.gssiweb.org.

Bengtsson, H., J. Ekstrand, M. Walden and M. Hagglund (2014). Muscle injury rates in professional football increase with fixture congestion: an 11-year follow-up of the uefa champions league injury study. Br J Sports Med 48(7): 566-567.

Burke, L. M. (2008). Caffeine and sports performance. Appl Physiol Nutr Metab 33(6): 1319-1334.

Burke, L. M., G. R. Collier, P. G. Davis, P. A. Fricker, A. J. Sanigorski and M. Hargreaves (1996). Muscle glycogen storage after prolonged exercise: effect of the frequency of carbohydrate feedings. Am J Clin Nutr 64(1): 115-119.

Burke, L. M., G. R. Collier and M. Hargreaves (1993). Muscle glycogen storage after prolonged exercise: effect of the glycemic index of carbohydrate feedings. J Appl Physiol (1985) 75(2): 1019-1023.

Carling, C., F. Le Gall and G. Dupont (2012). Are physical performance and injury risk in a professional soccer team in match-play affected over a prolonged period of fixture congestion? Int J Sports Med 33(1): 36-42.

Carling, C. and E. Orhant (2010). Variation in body composition in professional soccer players: interseasonal and intraseasonal changes and the effects of exposure time and player position. J Strength Cond Res 24(5): 1332-1339.

Clarke, N. D., B. Drust, D. P. MacLaren and T. Reilly (2005). Strategies for hydration and energy provision during soccer-specific exercise. Int J Sport Nutr Exerc Metab 15(6): 625-640.

Clarys, J. P., A. Scafoglieri, S. Provyn, O. Louis, J. A. Wallace and J. De Mey (2010). A macro-quality evaluation of DXA variables using whole dissection, ashing, and computer tomography in pigs. Obesity (Silver Spring) 18(8): 1477-1485.

Drust, B., Q. Ahmed and R. Roky (2012). Circadian variation and soccer performance: implications for training and match-play during Ramadan. J Sports Sci 30 Suppl 1: S43-52.

Dupont, G., M. Nedelec, A. McCall, D. McCormack, S. Berthoin and U. Wisloff (2010). Effect of 2 soccer matches in a week on physical performance and injury rate. Am J Sports Med 38(9): 1752-1758.

Guddat, S., G. Fussholler, H. Geyer, A. Thomas, H. Braun, N. Haenelt, A. Schwenke, C. Klose, M. Thevis and W. Schanzer (2012). Clenbuterol - regional food contamination a possible source for inadvertent doping in sports. Drug Test Anal 4(6): 534-538.

Howatson, G., P. G. Bell, J. Tallent, B. Middleton, M. P. McHugh and J. Ellis (2012). Effect of tart cherry juice (Prunus cerasus) on melatonin levels and enhanced sleep quality. Eur J Nutr 51(8): 909-916.

Howatson, G., M. P. McHugh, J. A. Hill, J. Brouner, A. P. Jewell, K. A. van Someren, R. E. Shave and S. A.

Howatson (2010). Influence of tart cherry juice on indices of recovery following marathon running. Scand J Med Sci Sports 20(6): 843-852.

Ivy, J. L., A. L. Katz, C. L. Cutler, W. M. Sherman and E. F. Coyle (1988). Muscle glycogen synthesis after exercise: effect of time of carbohydrate ingestion. Journal of Applied Physiology 64(4): 1480-1485.

Jeukendrup, A. and L. Cronin (2011). Nutrition and elite young athletes. Med Sport Sci 56: 47-58.

Jouris, K. B., J. L. McDaniel and E. P. Weiss (2011). The Effect of Omega-3 Fatty Acid Supplementation on the Inflammatory Response to eccentric strength exercise. J Sports Sci Med 10(3): 432-438.

Juliff, L. E., S. L. Halson and J. J. Peiffer (2014). Understanding sleep disturbance in athletes prior to important competitions. J Sci Med Sport.

Koopman, R., A. J. Wagenmakers, R. J. Manders, A. H. Zorenc, J. M. Senden, M. Gorselink, H. A. Keizer and L. J. van Loon (2005). Combined ingestion of protein and free leucine with carbohydrate increases postexercise muscle protein synthesis in vivo in male subjects. Am J Physiol Endocrinol Metab 288(4): E645-653.

Krustrup, P., N. Ortenblad, J. Nielsen, L. Nybo, T. P. Gunnarsson, F. M. Iaia, K. Madsen, F. Stephens, P.

Greenhaff and J. Bangsbo (2011). Maximal voluntary contraction force, SR function and glycogen resynthesis during the first 72 h after a high-level competitive soccer game. Eur J Appl Physiol 111(12): 2987-2995.

Laitano. O. Runco. J.L and Baker. L. (2014) Hydration Science and Strategies in Football. Sports Science Exchange Article #128. www.gssiweb.org

McGlory, C., S. L. Wardle and L. S. Macnaughton (2013). Pattern of protein ingestion to maximise muscle protein synthesis after resistance exercise. J Physiol 591(Pt 12): 2969-2970.

Medina. D, Lizarraga. A and Drobnick. F. Injury Prevention and Nutrition in Football. (2014) Sports Science Exchange Article #132. www.gssiweb.org.

Mohr, M., P. Krustrup and J. Bangsbo (2003). Match performance of high-standard soccer players with special reference to development of fatigue. J Sports Sci 21(7): 519-528.

Mohr, M., P. Krustrup and J. Bangsbo (2005). Fatigue in soccer: a brief review. J Sports Sci 23(6): 593-599.

Moore, D. R., M. J. Robinson, J. L. Fry, J. E. Tang, E. I. Glover, S. B. Wilkinson, T. Prior, M. A. Tarnopolsky and S. M. Phillips (2009). Ingested protein dose response of muscle and albumin protein synthesis after resistance exercise in young men. Am J Clin Nutr 89(1): 161-168.

Morton, J.P (2014). Supplements for consideration in football. Sports Science Exchange Article #6.www.gssiweb.com

Nana, A., G. J. Slater, W. G. Hopkins, S. L. Halson, D. T. Martin, N. P. West and L. M. Burke (2014). Importance of Standardized DXA Protocol for Assessing Physique Changes in Athletes. Int J Sport Nutr Exerc Metab.

Purcell, L. K., P. S. Canadian Paediatric Society and S. Exercise Medicine (2013). Sport nutrition for young athletes. Paediatr Child Health 18(4): 200-205.

Rampinini, E., A. J. Coutts, C. Castagna, R. Sassi and F. M. Impellizzeri (2007). Variation in top level soccer match performance. Int J Sports Med 28(12): 1018-1024.

Reilly, T., K. George, M. Marfell-Jones, M. Scott, L. Sutton and J. A. Wallace (2009). How well do skinfold equations predict percent body fat in elite soccer players? Int J Sports Med 30(8): 607-613.

Res, P. T., B. Groen, B. Pennings, M. Beelen, G. A. Wallis, A. P. Gijsen, J. M. Senden and V. A. N. L. LJ (2012). Protein ingestion before sleep improves postexercise overnight recovery. Med Sci Sports Exerc 44(8): 1560-1569.

Res, P. Recovery Nutrition for Football Players. (2014) Sports Science Exchange Article #129.www.gssiweb.org

Rollo, I., F. M. Impellizzeri, M. Zago and F. M. Iaia (2014a). Effects of 1 versus 2 games a week on physical and subjective scores of subelite soccer players. Int J Sports Physiol Perform 9(3): 425-431.

Rollo. I. Carbohydrate: The Football Fuel. (2014b) Sports Science Exchange Article #127.www.gssiweb.org.

Russell, C., D. Hall and P. Brown (2013). HFL Sport Science 2013 European Supplement Contamination Survey. HFLSport Science, Newmarket Road, Fordham, Cambridgeshire. UK.

Shirreffs, S. M., A. J. Taylor, J. B. Leiper and R. J. Maughan (1996). Post-exercise rehydration in man: effects of volume consumed and drink sodium content. Med Sci Sports Exerc 28(10): 1260-1271.

Sutton, L., M. Scott, J. Wallace and T. Reilly (2009). Body composition of English Premier League soccer players: influence of playing position, international status, and ethnicity. J Sports Sci 27(10): 1019-1026.

Williams, C. and L. Serratosa (2006). Nutrition on match day. J Sports Sci 24(7): 687-697.

Wittich, A., M. B. Oliveri, E. Rotemberg and C. Mautalen (2001). Body composition of professional football (soccer) players determined by dual X-ray absorptiometry. J Clin Densitom 4(1): 51-55.

WEB3